31689795984_6bfc576717_o

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est le plus haïssable des sous-produits que généra la caste énarchiante des Solfériniens.

(Bien que lui-même n’appartint pas à cette caste.)

Intestin Grêle, hier bourgmestre de la capitale des Gaules, aujourd’hui Grand Chef des Argousins.

Lui qui, dans ces nouvelles fonctions, atteint à la félicité dès lors que l’opportunité lui est offerte de lancer ses chiens de garde aux trousses des cohortes qui s’évertuent à résister aux assauts perpétrés par les Destructeurs Patentés dont la seule perspective vise à ramener les sociétés humaines au stade de leur préhistoire.

Il y a chez Intestin Grêle des ressemblances (des analogies ?) avec quelques-uns des pires personnages qui s’agglutinent depuis bientôt deux cents ans aux marges entre droite et gauche.

D’Adolphe Thiers à Jules Moch.

Une évidente consanguinité.

Intestin Grêle quant à lui, atteint au niveau le plus abjecte de l’infamie lorsqu’il concède à des milices fascistes le soin de refouler hors de France des pas ressemblants qui eurent l‘outrecuidance de croire en la fable de l’existence d’une « patrie des droits de l’homme ».

Complice puisque s’interdisant de bouter hors du Queyras ceux qui infligent d’indignes souffrances à ces damnés de la terre qui ne réclament rien d’autre que le droit de vivre parmi nous.

L’impunité pour les Identitaires, ultimes (???) avatars des vieilles milices qui semèrent la terreur sous le règne du vieux Maréchal.

La chasse effrénée aux trousses de tous ceux qui refusent de se soumettre au Grand Désordre Capitaliste et à ses sbires.

Sous la houlette de ce personnage qui fit carrière en brandissant d’abord l’étendard des Solférinistes avant de rallier Foutriquet 1°.

La preuve évidente que ces mêmes Solférinistes avaient renié le socialisme jusqu’au point de désespérer le peuple d’un pays en totale déshérence et de pousser les plus fragilisés dans les bras des activistes œuvrant au service de la Bête Immonde.

L’homme des lois indignes, votées par une représentation nationale indigne, celle des inconséquents qui ne connaissent que la marche arrière, ce Sieur Intestin Grêle, illustre d’une sordide manière l’abaissement d’une classe politique dont la seule, l’unique mission vise à éteindre définitivement les Lumières.

 

A Voce Rivolta !