23 décembre 2017

Un jour pourtant, un jour viendra, couleur d'orange...

                Un simple battement d’aile. Là-bas, au-dessus d’une île qui n’est qu’un lieu de villégiature estivale sur les rives duquel des gens de l’ailleurs ne ressentent en aucune façon la nécessité de l’immersion dans le rêve. Leur suffisent en effet les quelques arpents de sable blanc effleurés par une eau qui se fréquente jusqu’au milieu de l’automne. Leur suffisent en effet les quelques touches édulcorées, de celles qui se vendent dans officines de l’authenticité frelatée,... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 août 2016

Chroniques corses 2016 11

                  Mercredi 29 juin   Je le concède : le vieillissement conduit inexorablement à la redite. Encore que ? Quelques-uns de mes maîtres d’autrefois ne prétendaient-ils pas que la bonne pédagogie n’est rien d’autre que l’art de la répétition. J’évoque donc et une fois de plus ce projet a priori insensé qui germa en mon cerveau et qui suggère de nouer une nouvelle alliance entre la Corse et le pays des Grands Bretons, pays désormais désentravé de toute... [Lire la suite]
18 juillet 2016

Chroniques corses 2016 7

    Mardi 21 juin   L’été. Le vrai. Qui se fête musicalement. Sur la place de Belgudé. Au café de la Paix. Là où deux jeunes musiciens installaient ce matin le peu de leur matériel technique et accordaient leurs guitares (sans toutefois m’accorder ne serait-ce qu’une très vague idée de leur répertoire). Mes deux petits noirs matutinaux. Accompagnés de Canistrelli Casanova (Olmi-Capella), le boulanger du bourg n’officiant pas le mardi, me privant ainsi de ses viennoiseries et de ses délicieux gâteaux à la farine de... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 13:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
11 juillet 2016

Chroniques corses 2016 5

                          Vendredi 17 juin   Pied-de-nez aux deux Popaul. Indifférents et l’un et l’autre. Ventaisons nocturnes qui perturbèrent mon sommeil beaucoup plus que les hululements de la chouette hulotte qui avait élu domicile dans les branches hautes d’un oranger. Souris ? Mulots ? Musaraignes ? Le volatile s’est-il trouvé un garde-manger bien garni ? Catherine. Qui descend en lignée directe d’une autre Catherine.... [Lire la suite]