13 avril 2019

Exil 6

                      Jeudi 28 mars   Macron et Sarkozy aux Glières. En fusion. C’est écrit et mis en image dans le Daubé de ce jour. Nul, parmi les plumitifs patentés, ne se hasarde ne serait-ce qu’à parsemer leurs flagorneries d’interrogations sur la signification d’une si émouvante complicité entre l’actuel et l’ancien Monarques. Et pourtant, qui sont-ils ces deux là, sinon des résurgences de la France qui ne résista pas ; qui, pire encore collabora... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 avril 2019

Exil 5

  Mercredi 27 mars   J’ai débattu. Seul. Face à moi-même (mon double ? mon  ombre ?). Sans qu’il me fut jamais nécessaire d’atteindre au consensus. Des affrontements même pas feutrés. Des algarades assorties d’une multitude d’injures. Mon débat à moi. Sans le moindre désir de résoudre mes contradictions. De l’heure de l’ensommeillement jusqu’à celle du prétendu réveil. Un débat aux multiples ressorts. Dont je parviens toutefois à extraire quelques conclusions. De toute évidence, je conchie Foutriquet... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 avril 2019

Exil 4

                        Mardi 26 mars   Ventouillaisons mistraleuses. Bourrasques insensées qui perturbèrent mon sommeil en dépit du recours, au niveau auditif, de boules censées me conférer un peu de quiétude. Terre aride. Malgré des températures quasi estivales, les végétaux régressent. Déjà résignés à mourir. Seul le vieux cerisier s’en va quérir dans les profondeurs pierreuses l’eau nécessaire à l’éclosion des multiples grappes de fleurs, promesses... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 avril 2019

Exil 3

                      Lundi 25 mars   Le vent ventouille. Colérique. Irascible. Dans sa façon de tarir l’avenir. J’entends par là les promesses de belles et généreuses récoltes. Les vignes somnolent après avoir amorcé, les inconscientes, des débourrages prématurés. Les lavandins semblent chercher à s’enfouir sous terre pour s’y régénérer. Une hypothèse recevable si la paysannerie laborieuse veut bien les gaver de substances monsantonniennes. Le préfet... [Lire la suite]