09 avril 2019

Exil 3

                      Lundi 25 mars   Le vent ventouille. Colérique. Irascible. Dans sa façon de tarir l’avenir. J’entends par là les promesses de belles et généreuses récoltes. Les vignes somnolent après avoir amorcé, les inconscientes, des débourrages prématurés. Les lavandins semblent chercher à s’enfouir sous terre pour s’y régénérer. Une hypothèse recevable si la paysannerie laborieuse veut bien les gaver de substances monsantonniennes. Le préfet... [Lire la suite]