04 avril 2019

Exil 1

                Rapide translation ferroviaire entre la sous-préfecture de la Région Occitanie et la cité poubelle où s’entassent les résidus ultimes des nucléarisations forcenées. Puis le territoire rural. Ses vignes (qui débourrent à peine). Ses champs de lavande. Ses oliviers. La lente, l’inexorable agonie des buis, dévorés et rendus à l’état de squelettes par une chenille. La pyrale. Le temps d’un voyage en « chemin de fer ». Apaisant. Rassurant. Temps en partie... [Lire la suite]