metropole-3159117

 

 

 

 

 

(Source: FR3 Occitanie)

 

Le carnage !

Raconté en termes pudiques par I Grec Pet (de Nonne) dans l’édition du 6 juillet de la Bayletterie.

Six cadavres.

Dans une enceinte si longtemps pacifiée.

(L’enceinte métropolitaine qui autrefois fut District puis Agglomération.)

Dont celui de l’ami si proche et si fidèle du camarade Santerre.

Dont celui du Consensualiste, ci-devant maire de Lattes.

Du beau monde.

Des politiciens de la vieille école qui tiraient quelques prébendes de fonctions honorifiques.

Un moment d’égarement chez Celui qui mania avec ferveur l’équerre et le compas.

Le Grand Métropolitain, dont la Marche au pas cadencé scande le nouveau cheminement politique.

Difficile en effet de s’y reconnaître dès lors que cette Marche s’effectue vers l’arrière, donc sans repères, à l’aveugle.

I Grec Pet (de Nonne) narre à l’intention de ses lecteurs la prodigieuse ascension de ce Marcheur que l’Imperator extirpa d’un obscur cabinet avant de le propulser sur le devant de la scène locale.

Entre Saint Roch et la Vierge Marie.

Dans le rôle ingrat de l’Utilité.

Le Nouveau Potentat qui s’essaie depuis peu à tracer un nouveau chemin de pèlerinage.

Le chemin de Saint Philippe, Saint Georges et Saint Loulou.

(Un chemin qui emprunte dans sa partie basse la rue de la Loge, comme pour éviter une inopportune rencontre avec Jaurès.)

Là  où des férus de la religion nouvelle font le commerce des Indulgences et des portraits iconographiques d’un jeune et fringant Monarque présentant d’étranges analogies avec Feu Lecanuet.

I Grec Pet (de Nonne) découvre en son incommensurable innocence l’extrême cruauté des mœurs qui ont cours au sein des assemblées censées représenter les citoyens (et donc agir en leur nom).

Plumitif servile, il a dû « ruminer » durant de longues heures le titre de son homélie funèbre.

Ce garçon, plus matois que prudent, a finalement opté pour une formule qui « ne mange pas de pain » : « La métropole se politise ».

Comme si la dite Métropole, qui fut d’abord District puis Agglomération, avait de tout temps été une Assemblée « hors sol » !

Pas politisé l’Imperator ?

J’esclaffe !

I Grec Pet (de Nonne) a toutefois une excuse qui justifie ses égarements : il n’est qu’un exécutant, conscient de son état et l’assumant sans le moindre état d’âme.

Témoin du carnage, le relatant sur un mode mineur, quasiment anodin, il se retient, devant les cadavres ensanglantés de René et de Cyril, de chanter les louanges du nouvel homme fort, l’ancien dentiste, le nouveau Maître dont il pressent peut-être l’imminence de la chute.

Puisque celui-là n’a de cesse d’empiler tous ses œufs dans un même panier, une pratique à hauts risques pour qui prétend régner hors de tout contrôle citoyen en usant des archaïques recettes qui firent beaucoup pour la gloire de l’Imperator.