Voici que la Médiatouillerie locale jette en pâture à ses lecteurs un sondage dit d’opinion dont la seule vertu est de réduire l’action politique à une guerre des papabili.

Un sondage commandé et payé par les Solférinistes qui révèlent eux aussi cette étrange capacité à mettre la charrue avant les bœufs.

Comme si, désormais, idées et programmes étaient devenus des choses accessoires, des choses négligeables.

Il suffit en effet pour ces gens qui se prétendent responsables de savoir qui de notre Hélène, de Phiphi et de l’Illimatable saura séduire les électrices et les électeurs de Montpellier et poursuivre l’œuvre engagée par l’Immense Disparu.

Agglo ou Métropole ?

Il sera toujours temps d’en parler lorsque le Sauveur Suprême aura été désigné.

Un service de l’eau public ou privé ?

Quelle politique du logement ?

Et de celle des transports ?

Et de celle de l’école ?

Et de celle de la culture ?

Et de celle des affaires sociales ?

Sans oublier l’économie et donc l’emploi ?

Toutes ces questions, et tant d’autres, n’ont pas à être débattues avant que ne soit connu le nom de celle ou de celui dont les exceptionnelles vertus lui permettront d’exhiber un programme clefs en mains qui n’aura pas eu à subir les affres du débat démocratique.

Fort de café, non ?

Mais il est vrai qu’en ces temps très troublés, on n’est plus que très accessoirement socialiste.

On s’affiche d’abord et avant tout en gestionnaire scrupuleux du Grand Désordre Capitaliste.

A l’échelle du terroir, c’est vrai.

Ce qui n’est tout de même pas négligeable.

Les Sondouillés ont tout de même répondu.

Bien malin celui ou celle qui peut prétendre tirer des résultats d’une telle enquête, les trois prétendants se situant, à quelques infinitésimales nuances près, à un même niveau.

Mais qu’à cela ne tienne.

Et l’une et les deux autres y vont de leur commentaire.

En gros, et je résume, et l’une et les deux autres disposent désormais la « légitimité » qui leur permettra, à l’une ou aux deux autres, de poursuivre l’œuvre de l’Immense Disparu.

Sans que personne ne sache vraiment dans quelle direction.

Puisque les Sondouillés ne furent pas interroger sur les orientations.

Ce qui ne les regarde d’ailleurs pas.

Un seul motif de satisfaction ?

Selon ce sondage, la mairie de Montpellier devrait rester dans l’escarcelle du Parti Socialiste, et cela quelle que soit la tête de liste désignée.

Il est vrai que l’ineffable Domergue (que j’avais appelé, en 2008, le Ratatinable) fait toujours figure de repoussoir.

Mais il serait prématuré de se réjouir.

Au cours des dix mois qui précèdent le scrutin, les évènements pourraient bien tourner de telle façon que les électrices et les électeurs se ressentiraient du besoin de botter le cul à François le Débonnaire.

Et donc accessoirement à ses soutiens locaux.