COMEDIE....

 

A quoi ça tient une révolution?

A quelques pavés désorientés.

"Sarko t'es foutu, les CRS sont dans la rue!"

Ca aurait pu.

A coups de congés-maladie(s).

Lors d'une grève de la faim.

L'étincelle.

Celle qui provoque le brasier, un brasier qui prélude au Grand Soir.

Mais le pompier Hortefeux (Follet) veillait au grain.

L'incendie ne fut que feu de paille.

Circonscrit au périmètre des quelques encasernements de mutins.

Puis éteint illico.

De grands seaux d'implorations.

"J'ai besoin de vous!"

Le pompier Hortefeux (Follet) a triomphé sans gloire puis qu'il a vaincu sans péril.

Les CRS, valeureux serviteurs de l'Etat-Mère, accompliront leur devoir, si nécessaire.

En ces temps si troublés, le Peuple ne pourrait-il en effet pas se laisser tenter par des aventures insensées?

 

 

COMEDIE...

 

Les vertueux dirigeants du quotidien des régionalités languedociennes l'ont affiché en une de l'édition du mardi 1 février: "Votre journal change!... Midi-Libre a revisité sa présentation.... Dès aujourd'hui, nous vous proposons un quotidien à la maquette dynamique, plus aérée.... Midi-Libre, fidèle à sa mission, entre dans une nouvelle ère..."

Pour du changement, c'est du changement.

Dont la modestie laisse le lecteur pantois.

Un fort banal ravalement de la façade!

Au Midi-Libre, les dirigeants se conforment aux traditions franchouillardes: faire du neuf avec du très vieux.

Y compris du côté des "annonceurs" dont la "confiance" s'exprime dans la rubrique des "Bonnes affaires": Valérie, Sofia, Estelle, Sylvie, Pretty, Karine, Lisa, Isabella, Alexia, Sylvana, Belinda, Carla (???????), Morgane, Marie......

Le vertueux quotidien des régionalités languedociennes a au moins su préserver cette capacité qui fit son originalité: aider à l'émergence de nouveaux talents!