COMEDIE

 

Montpellier.

Jeudi 27 janvier, 8h30.

Quai de la station Croix d'Argent.

Vent de panique.

Un camion vient de décaténériser la ligne de tram n°1.

C'est du moins ce qu'annonce une voix sépulcrale qui suinte à travers des haut-parleur hors d'âge.

Donc: "Veuillez nous excuser pour ces désagréments indépendants de notre volonté."

La ligne n°2 fonctionne plutôt caha que cahin, mais elle fonctionne.

La preuve: aux alentours de 9 heures, un tram me conduit jusqu'à la gare.

(Dite gare Saint Roch, Saint Roch plus connu que Saint Glinglin mais guère plus efficace côté miracles et autres actions sectorielles.)

Le désastre est évident.

La ville atteint au seuil de la névrose.

Quelques Tamistes tentent d'orienter des voyageurs désemparés vers d'imprécises et fluctuantes destinées.

Mais où est donc passé Jean-Pierre Moure (moilebou), l'agglomératif président?

Georges, Lui, dès le plus anodin des incidents, à la moindre pécadille, il accourait.

Illico.

Pinces, tenailles, faucille et marteau.

L'échelle accrochée à l'épaule, l'Imperator enfourchait son Vélosolex.

Vroum.........

Pas une seconde à perdre.

Georges vous recaténérisait la ligne.

Mais il faut en prendre conscience: Georges est mort, définitivement mort.

Jean-Pierre Moure (moilebou), le nouveau président agglomératif, lui, réside à Cournonsec.

De plus, il ne dispose ni de pinces ni de tenailles ni de faucille ni de marteau.

Et pour s'en venir jusqu'à la lointaine et tentaculaire cité, il doit attendre le pousse-pousse.

Le pousse-pousse propulsé par le camarade Navarro, lequel chemine, comme de bien entendu, à un train de sénateur.

Donc, les usagers du tram n'ont (n'avaient) qu'à ronger leur frein et prendre leur mal en patience.

Ce qu'ils font.

Ce qu'ils ont fait.

Voilà ce qu'il en coûtât après qu'un camion ait eu l'impudence de se prendre pour un tramway.